Dans mon article sur les bases de la photographie, je t’ai rapidement parlé de l’ouverture du diaphragme et de son influence sur l’exposition. Tu es resté sur ta faim ou bien c’était encore du chinois pour toi ? On passe à la pratique ensemble et on se concentre d’abord sur l’ouverture du diaphragme 🙂

Qu’est-ce que le diaphragme ?

Le diaphragme, c’est cette chose-là à gauche. Il est situé dans ton objectif et il est capable de s’ouvrir et de se fermer pour maîtriser la quantité de lumière qui entre vers le capteur.

La plage d’ouverture ou de fermeture de ton diaphragme dépendra de la qualité de ton objectif. Les très bons objectifs (et très chers aussi !) peuvent s’ouvrir presque entièrement (avec f/1.2 voire f/1.0).

La plage d’ouverture est également perturbée par… le zoom ! Plus tu zoomes, moins tu pourras ouvrir le diaphragme, sauf dans le cas des zooms très haut de gamme comme le 70-200mm f/2.8.

Maintenant, passons aux choses sérieuses.

L’ouverture du diaphragme en mode Av (A)

Mets ton appareil photo reflex sur le mode semi-automatique Av (ou A chez Nikon). Te voilà maintenant en mode priorité ouverture. Tu peux contrôler totalement l’ouverture du diaphragme.

Choisis un objet à prendre en photo (pour moi ça sera une poupée japonaise en bois et j’ajoute un petit manineko derrière pour mieux t’expliquer).

Prends 3 images avec 3 ouvertures de diaphragme différentes. De mon côté, j’ai choisi f/5.0, f/10 et f/20. Pour changer ton ouverture de diaphragme il te suffit de tourner ta molette. Lorsque tu regardes dans ton viseur, tu verras le paramètre changer.

Pour cet exercice, fais attention à la mise au point, la netteté doit être faite sur ton sujet 🙂

Diaphragme et profondeur de champ

Maintenant, compare tes 3 photos (clique pour agrandir).

On voit clairement que sur la photo avec une grande ouverture (celle à f/5.0), l’arrière plan est plutôt flou tandis qu’avec une petite ouverture (celle à f/20), le sujet et son arrière plan sont nets. C’est dû à ce qu’on appelle la profondeur de champ (PdC).

Plus la profondeur de champ est grande, plus l’image dans sa globalité sera nette. Ici, c’est la photo à f/20 qui a la plus grande PdC. Tandis que la photo à f/5.0 a une faible PdC, uniquement ma poupée est nette.

La profondeur de champ détermine l’étendue de la zone qui sera nette, et donc également celle qui sera floue (pour être très schématique). Dans l’exemple en dessous, la première image est prise à f/5.6. On voit donc que la zone de netteté est assez réduite autour du chien (zone autour du point de mise au point). Sur la deuxième image, prise à f/20, on voit que la zone de netteté est très grande !

L’impact de l’ouverture du diaphragme sur l’exposition

On répète l’exercice mais en mode manuel cette fois-ci ! Prends 3 images avec 3 ouvertures de diaphragme différentes en mode manuel. Voici les résultats pour ma part :

On voit tout de suite l’impact de l’ouverture du diaphragme sur l’exposition de l’image. En mode Av, ton appareil choisissait les ISO et la vitesse d’obturation de façon à ce que ton exposition soit normale (0EV).

En mode manuel, tu vois qu’en ne modifiant que l’ouverture du diaphragme, on modifie aussi l’exposition. Rappelle-toi le triangle d’exposition (Ô combien important !). Lorsque tu augmentes l’ouverture du diaphragme (ici f/5.6 par exemple), tu sur-exposes l’image. Lorsque tu fermes le diaphragme (f/10 voire f/20), moins de lumière entre et donc tu sous-exposes ton image.

Si on reprend l’exemple du dessous, en mode manuel ça donne quelque chose comme ça :

Pour aller plus loin

Il faut éviter d’utiliser autant que possible les ouvertures de diaphragme extrêmes ! Alors je sais que lorsqu’on débute en photo on aime bien mettre une belle profondeur de champ en jouant avec l’ouverture maximale, ou se mettre sur l’ouverture minimale pour un beau paysage ensoleillé histoire d’être sûr d’avoir tout le paysage bien net…

Sauf que c’est une fausse bonne idée. Pourquoi ?

Pour avoir un excellent piqué (c’est-à-dire que l’image est d’une très grande qualité avec beaucoup de détails), il faut fermer le diaphragme d’environ 2 stops (à adapter selon l’objectif). Dans mon cas par exemple, mon ouverture maximale avec mon zoom à 50 mm est de f/5.0, donc j’aurai le meilleur piqué aux alentours de f/11. Si ton ouverture maximale est de f/2.8, ton meilleur piqué sera obtenu aux alentours de f/5.6.

De plus, les très faibles ouvertures peuvent donner un effet de distorsion et de vignettage à la photo (bords plus sombres). Ce n’est pas forcément mauvais, ça peut très bien être un choix artistique !

À l’inverse, lorsque tu fermes le diaphragme au maximum, il y a un phénomène de diffraction qui diminue la qualité de ton image. Autrement dit, ça « étale » la lumière et tu perds en qualité.

Est-ce que cet article t’a plu ? Si tu veux poser tes questions ou partager tes photos, n’hésite pas à commenter cet article et à me suivre sur Facebook ou Instagram 🙂

Si l’ouverture du diaphragme a été un jeu d’enfant pour toi, alors on passe maintenant à la vitesse d’obturation.

7 thoughts on “Comprendre l’ouverture du diaphragme, profondeur de champ et mode Av ou A”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *