La mise au point est une des bases de la photographie à maîtriser pour ne plus être régulièrement déçu de tes photos ! C’est grâce à elle que tu vas contrôler entièrement (ou presque), les zones de netteté et de flou de tes images. Tu utilises tout le temps la capacité de ton appareil à réaliser une mise au point sans même t’en rendre compte ! Mais aujourd’hui on va plus loin pour ne plus laisser tes mises au point aux aléas de l’automatisme de ton appareil.

Autofocus : comment ça marche ?

Tu utilises à chaque fois l’autofocus de ton appareil pour prendre une photo. Lorsque tu appuies sur le déclencheur à mi-course, il y a ce petit “bip” bien souvent avec un petit carré qui s’allume dans le viseur pour te dire que la mise au point est effectuée.

En réalité, ce petit carré qui s’allume dans le viseur (il peut d’ailleurs y en avoir plusieurs !) représente un collimateur. Ce collimateur allumé est celui sur lequel la mise au point (MAP) a été effectuée. Ton appareil va analyser ce qu’il y a devant lui et va détecter les zones de fort contraste relativement proches de lui pour effectuer la mise au point à cet endroit-là.

Si l’appareil analyse tout seul quelle mise au point faire, pourquoi je devrais m’en soucier ?

Et bien en réalité, la MAP automatique est souvent très efficace, mais il peut arriver que l’appareil fasse la MAP au mauvais endroit, qu’il n’arrive pas à faire la MAP assez rapidement pour un sujet en mouvement, ou encore qu’il n’arrive pas du tout à faire la MAP si la scène manque de lumière ou de contraste ! Dans ce dernier cas, tu entendras ton appareil “patiner”.

Les collimateurs

Prends ton appareil photo avec toi et examine-le un peu mieux. Si tu es adepte de Canon, tu auras la plupart du temps un petit bouton sur le côté de ton objectif avec “AF” et “MF”. Si tu es adepte de Nikon ou Sony, le bouton “AF” et “M” sera positionné sur le boitier. Vérifie bien que le bouton est sur “AF”.

Maintenant allume ton appareil et effectue plusieurs mises au point sur plusieurs éléments de ta pièce. Tu verras que le collimateur utilisé pour faire la mise au point n’est pas toujours le même ! C’est l’appareil qui décide lequel semble le plus approprié (souvent là où le contraste est fort et proche de toi).

Maintenant, on va préciser à l’appareil quel collimateur on veut utiliser. Je m’excuse par avance pour les pro-Nikon ou pro-Sony ! Je n’ai eu que des Canon donc je vais prendre l’exemple Canon. Il te reste plus qu’à regarder dans ton manuel d’utilisation si tu ne sais pas comment sélectionner un collimateur.

Pour les pro-Canon, tu as sur le dessus de ton appareil, un bouton qui ressemble à ça :

Sélectionner un mode collimateur- Canon

Grâce à ce bouton, tu peux choisir tes collimateurs selon 3 modes :

  • Ne sélectionner qu’un seul collimateur : c’est le mode que je te conseille vivement ! La mise au point sera précisément faite sur un seul collimateur de ton appareil
  • Sélectionner une plage de collimateur : l’appareil sélectionnera le ou les collimateurs les plus adaptés en fonction de la scène, mais limité dans la zone que tu définiras (collimateurs centraux, en haut, à gauche, …)
  • Sélection automatique du collimateur : c’est l’appareil qui décide quel collimateur utiliser pour faire la mise au point

Sélectionne le premier mode, pour ne choisir qu’un seul collimateur. Maintenant, repérez ce petit bouton sur ton appareil :

Sélectionner un collimateur – Canon

Appuie sur ce bouton avec l’œil dans le viseur, tu verras alors tous les collimateurs dont dispose ton appareil. Il te suffit ensuite de jouer sur la molette ou le joypad pour sélectionner le collimateur que tu veux utiliser 🙂

Il faut savoir que le collimateur central est le plus performant ! Si tu recherches une grande netteté et un beau piquet, utilise-le en priorité. Personnellement, je n’utilise que lui !

Les modes d’Autofocus

Il existe 3 modes différents d’autofocus (et cette fois je m’adresse aussi aux pro-Nikon et pro-Sony ! 😀 ) :

  • Mode AF-S ou One Shot : Ce mode est celui que tu vas certainement le plus utiliser. Avec ce mode, lorsque tu déclenches à mi-course, la mise au point se fait et ne change plus jusqu’à ce que tu enclenches entièrement. Lorsque ton modèle est plutôt calme, c’est le mode à adopter.
  • Mode AF-C ou AI Servo : Ce mode est celui du mouvement ! Lorsque tu enclenches à mi-course, l’appareil va faire la mise au point sur le sujet et va réévaluer constamment le sujet pour que la mise au point soit continuellement faite correctement. C’est idéal pour la photographie animalière en action. Dès qu’un sujet est en mouvement, fais une seule mise au point et attends le moment propice pour déclencher entièrement, la mise au point sera ajustée malgré que le sujet ait bougé.
  • Mode AF-A ou AI Focus : Ce mode combine les deux autres. La plupart du temps l’appareil se comportera en AF-S (ou One shot), mais s’il détecte un mouvement du sujet, il passera en AF-C (ou AI Servo). Ceci dit, je déconseille ce mode car il y a une plus grande latence sur les sujets en mouvements, privilégie le mode AF-C dans ce cas-là.

Quand utiliser la mise au point manuelle ?

Comme on vient de le voir, la fonction Autofocus est très performante sur la quasi totalité des appareils photo reflex.

Pourquoi existe-t-il encore un mode manuel ? Quand faut-il l’utiliser ?

Comme pour tous les automatismes de ton appareil, il y a des limites à ce qu’il pourra interpréter. Parfois, en basse lumière ou lorsque le contraste est faible, l’appareil n’arrivera pas à faire la mise au point seul. Tu entendras le moteur de mise au point tourner et “patiner”. Parfois aussi, tu veux faire la mise au point derrière un grillage ou une branche. Mais rien n’y fait, ton appareil s’obstine à faire la MAP sur cette fichue branche ! En plus de ça, certains objectifs, même haut de gamme, n’intègrent pas d’autofocus !

Dans tous ces cas-là, une mise au point manuelle peut se révéler nécessaire. Pour l’utiliser, mets le bouton sur “MF” ou “M” et joue sur la bague de mise au point qui se situe sur ton objectif. C’est plus lent qu’avec l’autofocus et il faut avoir l’œil pour voir si la MAP est bien faite.

Mais heureusement, ton appareil t’aide ! Sur mon Canon, un petit rond vert apparaît dans le viseur lorsque la mise au point au niveau du collimateur sélectionné est correcte. Chaque appareil a son propre système donc je t’invite encore une fois à lire ton manuel d’utilisation 🙂

Netteté : pas qu’une question de mise au point

Maintenant que tu sais comment gérer ta mise au point, je me dois quand même de te rappeler que la netteté de ton image ne dépend pas que de la MAP ! Comme on l’a vu avant, il existe différents flous : celui de bougé, celui de mouvement, celui dû à ta profondeur de champ et enfin celui de la MAP.

Tu devrais donc avoir tout ça en tête pour faire une photo nette de qualité.

Qui a dit que c’était simple la photographie ??

Pour aller plus loin

Je te l’ai dit, le collimateur central est le collimateur le plus performant de ton appareil !  Mais pour l’utiliser correctement, ça demande une petite gymnastique. Tu devras faire la mise au point sur ton sujet en le mettant bien au centre. Puis tu devras ensuite cadrer ton image en gardant le déclencheur à mi-course pour ne pas perdre ta MAP et déclencher.

Observe d’autres photographes. Tu les verras souvent pointer droit vers le sujet puis décaler l’objectif après avoir fait la mise au point pour décentrer le sujet. Et si tu te souviens de l’article sur les bases de la composition, tu sais que tu peux utiliser la règles des tiers pour renforcer ta composition.

Et voilà, ça sera tout pour aujourd’hui ! Cet article t’a paru clair ? Surtout, n’hésite pas à commenter l’article si tu rencontres des problèmes ou si tu as la moindre question ! N’oublie pas que tu peux télécharger ton livre gratuit en dessous de cet article 🙂 Si tu apprécies ces articles, suis-moi sur Instagram et FlickR !

Si cet article t'a plu, partage-le !

4 thoughts on “Ne rate plus ta mise au point”

Laisser un commentaire